Grandes serres tropicales de Lyon

08 décembre 2014

Les grandes serres tropicales de Lyon - article publié le 12 avril 2006

 

lyon_grandes_serres_11

contact avec le Jardin botanique de Lyon

 

Les grandes serres tropicales de Lyon

parc de la Tête d' Or - avril 2006

 

à la mémoire d'Amella de Candolle

Née le 28 mars 1804 (7 germinal an XII) et disparue à l'âge de dix-huit mois, Amella fut la fille, et première née, du botaniste Augustin-Pyramus de Candolle (1778-1841). "C'était une gentille enfant qui annonçait de l'esprit et une jolie figure. Sa santé n'avait pas eu un instant de dérangement. Tout à coup, un jour à déjeuner elle fut saisie subitement d'un violent miserere et vingt-quatre heures après elle n'était plus ! Je ne saurais exprimer à quel point me saisit cette image de mort si subite et si inattendue. Elle ne s'était jamais offerte à ma pensée. C'était la première fois que je voyais mourir quelqu'un qui me tenait ; aussi, malgré l'âge si tendre de cet enfant, je tombai dans un désespoir violent. Il me semblait que c'était le plus grand malheur qu'on put éprouver." 

Augustin-Pyramus de Candolle, Mémoires et souvenirs (1778-1841),candolle__13_7_.body.0001.paragraphe.0002.image_2
Bibliothèque d'histoire des sciences, Georg éd.,
Genève, 2004, p. 218.

 

 

 

 

 

 

Reportage photo dans les grandes serres tropicales du parcslide00017 de la Tête d'Or à Lyon le 7 avril 2006, et petit répertoire des serres tropicales en France.
La serre tropicale, c'est tout à la fois l'origine du monde, la moiteur protectrice de la vie intra-utérine, la profusion de formes et de couleurs du vivant végétal, l'élégance lumineuse d'une architecture du fer et de la fonte, le tropisme de la conservation muséographique comme défi au temps et à la mort.

l'arbre du voyageur   serre_121

 

serre_2

serre_3

grandes serres tropicales de Lyon
en avril 2006

 

serre_4

 

serre_fa_ades1

 

serre_81

 

serre_a1

 

serre_10

 

serre_a21

serre_a_4

 

serre_a_5

 

serre_b_1

 

serre_b_2

 

serre_b_3

 

serre_b_4

 

serre_b_5

 

serre_b_6

 

serre_b_7

 

serre_b_8

 

serre_b_9

 

serre_c_7

 

serre_c_12serre_c_131

serre_c_8serre_c_9serre_c_10serre_c_161serre_c_11

serre_c_174

serre_c_14

serre_c_15

serre_c_18

serre_c_19

serre_c_20

serre_c_211serre_c_22

serre_c_23

serre_c_24

serre_c_25

serre_c_26serre_b_111

 

 

 

 

 

 

 

 

grandes serres tropicales de Lyon,
Jardin botanique du parc de la Tête d'Or (avril 2006)

 

 

© photos MR&CV

 

contact
michelrenard2@aol.com

 

contact avec le Jardin botanique de Lyon

mr___port_cros___copie

Posté par michelrenard à 00:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


11 avril 2006

Quelques documents sur les grandes serres tropicales

grandes_serres_cpa
au début du XXe siècle, loin des travaux de rénovation


 

Quelques documents sur les

grandes serres tropicales de Lyon



 

aujourd'hui...

img_1115
vue extérieure de la Grande Serre tropicale en juin 2005 (source)


...et autrefois

132919279575
                                    probablement au début du XXe siècle

182012481530

1141491035931



un récit de visite aux grandes serres en février 2003, sur le site a.r.i.d.e.s.

serre_tropicale12


contact avec le Jardin Botanique de Lyon


Posté par michelrenard à 23:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 avril 2006

Les serres tropicales en France

jardin_d_hiver_paris




Les  serres tropicales en France

Paris, Lyon, Strasbourg, Marseille, Auteuil...



On compte en France plusieurs grandes serres tropicales, musées vivants ouverts au public.


Les serres tropicale et mexicaine du Muséum à Paris
À Paris, le Muséum national d'histoire naturelle abrite les serres tropicale et mexicaine regroupant plusieurs milliers d'espèces de plantes : la serre tropicale, humide et chaude avec ses bananiers, ficus, cycas, pandanus, fougères..., et la serre mexicaine où poussent des plantes telles que cactées américaines, agaves mexicaines, végétaux spécifiques de Madagascar ou succulentes originaires de l'Afrique australe. Serre mexicaine



serre tropicale du Jardin d'hiver au jardin des Palantes à Paris


Jardin des Plantes à Paris

Le Jardin des Plantes
Héritier du Jardin royal des plantes médicinales dont la création fut décidée en 1626, sous Louis XIII, l'actuel Jardin des Plantes s'ouvre au public en 1640. Aujourd'hui, c'est un lieu unique en France, riche d'un patrimoine exceptionnel.

Travaux au Jardin des Plantes

Depuis plusieurs mois les allées du Jardin des Plantes sont en rénovation, les travaux seront achevés à la fin de l'été. Les accès et les trajets sont ponctuellement modifiés. Cependant tous nos lieux de visites restent ouverts : jardins, galeries et ménagerie.

Le Jardin d'hiver
Pour connaître une nouvelle forme de dépaysement, rien de tel que le Jardin d'hiver ! Ce lieu à l'architecture Art déco plonge dans le monde exubérant des plantes tropicales, au climat chaud et humide. Le jardin d'hiver, construit en 1937, abrite dans un paysage harmonieux la luxuriance des forêts tropicales avec ses bananiers, ficus, bambous géants, fougères…

Fermeture pour rénovation Les Grandes Serres du Jardin des Plantes sont fermées pour travaux depuis le 26 avril 2004, en attendant leur réouverture au public en 2007.

22 °C et plus de 80 % d'hygrométrie
Construite en 1937, longue de 50 m, la serre du jardin d'hiver fait prospérer une collection de végétaux tropicaux qui s'épanouissent sous une voûte haute de 15 m. Dans la touffeur de cette forêt tropicale reconstituée, un grand nombre de familles et de types de végétations est représenté : de grands arbres comme Sterculia, Ficus, Piptadenia, mais aussi des arbustes (Clusia), de nombreux palmiers (Chamaedorea, Phoenix, arenga, cocos, Sabal...), ainsi que des plantes herbacées (Strelitzia, fougères, Ravenala) ou utiles (caféiers, manguiers, cacaoyers, avocatiers et bananiers). Pourtant frileuses par nature, les plus anciennes plantes ont réussi à résister au gel de 1945, comme le palmier Sabal bermudana, le Cycas revoluta et les bambous géants.

Des collections à préserver et à étudier
Ici, la diversité des espèces de tous les continents, principalement les forêts tropicales humides, saute aux yeux. À l'observation attentive, les spécimens dévoilent leurs adaptations morphologiques et physiologiques au climat. La stratégie du philodendron ? Développer de grandes feuilles pour capter la lumière et absorber l'humidité. Celle des plantes grimpantes ? Chercher la lumière en hauteur. Quant au feuillage souvent rouge des plantes de sous-bois, il s'adapte à une faible luminosité... Ces plantes venues de loin constituent la vitrine des collections tropicales du Muséum : elles sont aussi objets de recherche, notamment sur les pollens et les lipides, et fournissent un intéressant matériel pédagogique, en particulier sur les questions d'adaptation.

amarillis




amaryllis hybride, lilacée


Jardin des Plantes : Muséum national d'Histoire naturelle
serres tropicale et mexicaine

57, rue Cuvier
75005 - Paris





Les grandes serres tropicales de Lyon (Jardin botanique
du parc de la Tête d'Or)

À Lyon, les grandes serres du jardin botanique sont classées Monument historique depuis 1985. Ce vaste jardin tropical où la flore des cinq continents est représentée offre au visiteur la joie de découvrir quelques 1 250 espèces de plantes des milieux tempérés  aux milieux chauds et humides, dont 70 plantes utiles, comme le poivre, la cardamome, le caféier, le patchouli…

photo_gde_serre_lyon_ancLe Jardin Botanique de la ville de Lyon a quitté l'étroitesse du jardin ceint de murs de l'ancien clos de la Déserte pour aller s'épanouir sur 7 hectares de terrains à la Tête d'Or, sous le Second Empire. Il s'agit alors de porter à la connaissance du public les progrès de l'agriculture et des sciences-naturelles, et surtout la diversité des plantes exotiques importées et acclimatées des Colonies. Les collections de plein air sont agrémentées d'un jardin alpin et d'un jardin mexicain, cependant que l'exotisme est mis en scène dans les grandes serres dont le pavillon central devient au fil des décennies un exubérant jardin tropical. Un fruitier, rassemblant 250 arbres à pépins et à noyau, sert de conduite des arbres. Chaque année, des démonstrations y seront faites à l'usage des professionnels et d'amateurs de jardin.

*Historique du Jardin des Plantes de Lyon,
présenté à la séance publique de l'Académie de Lyon
du 18 août 1835, par Seringe.



lyon_grandes_serres_1
Lyon, grandes serres tropicales

contact avec le Jardin Botanique de Lyon




 

La serre tropicale de Strasbourg
L'actuel Jardin Botanique a été mis en place de 1880 à 1884, dans le cadre de l'Université Impériale créée par les autorités allemandes après l'annexion de l'Alsace. L'étang du Jardin serait un reste du fossé des remparts. Ce jardin succédait à un précédent Jardin Botanique situé dans la vieille ville.

 

L'actuel Jardin comprenait, lors de son inauguration le 26 novembre1884, une serre tropicale monumentale et plusieurs serres spécialisées. Cet ensemble remarquable fut malheureusement démoli en 1963. En 1967 la construction, sur l'emplacement de l'ancienne grande serre, d'un nouvel Institut de Botanique fut accompagnée de celle d'un complexe comprenant une serre tropicale et une serre froide. L'édification eut lieu sous la direction du Doyen H.J. Maresquelle, Directeur du Jardin de 1945 à 1969.

La serre tropicale s'étend sur une surface de 366m² avec une hauteur de 12m. Construite en 1967 elle était à l'époque ultra moderne, avec en particulier un vitrage devenant opaque en cas de température excessive.

serre tropicalCette serre est le lieu, peut-être le plus intéressant du Jardin botanique. On y trouve des Caféiers, Cacaoyer, les Bananiers (même avec les bananes), les Cotonniers, les Ananas décoratifs et ce qu'on peut manger, Carambolier (avec les fruits), Goyavier fraise, la Canne à sucre, le Quatre épices, le prédateur des Cactuces, l'arbre à Pain, les Cycadées qui sont identiques aux plantes qui peuplaient la terre à l'ère secondaire (les plus grandes de la serre ont âge estimé à plus de 200 ans, pendant que le Jardin Botanique n'a qu'une  centaine), les Arbres des voyageurs, appelés ainsi parce que les voyageurs trouvaient toujours de l'eau dedans, leurs feuilles sont comme les canaux, le Pandanus aux grandes feuilles linéaires garnies d'épines féroces, a le tronc qui est plus fin en bas qu'en haut, c'est pour cela qu'il a des racines d'aire qui descendent dans la terre, les Mimosas sensitifs dont les feuilles se plient quand on les touche. Et surtout il ne faut pas oublier le Bambou qui atteignit sa hauteur de 12m en 2 mois

 
         
serre tropical.La rocheAu milieu de la serre se trouve une rocaille en grès, construite avec les débris de l'ancienne serre de 1884. Son flanc Sud est occupé par des plantes de la famille des Broméliacées alors que le Nord, à l'ombre, abrite des Fougères.

La galerie porte une collection de Sansevières ou Langues de belle-mère qui montrent un bel exemple d'adaptation à la vie dans le désert. Tout le long du bord intérieur de la galerie sont présentés des végétaux de la famille des Commélinacées, montrant la grande diversité de ces plantes parfois appelées "misères".





La serre tropicale du parc floral Phoenix à Nice

La serre tropicale de Nice, de 25 m de haut, s'étend sur 7000 m2. Elle pésente sept climats tropicaux différents. On t trouve une forêt de fougères arborescebtes, une très vaste collection d'orchidées rares. La faune exotique est pésente avec quelques spécimens d'insectes et des aquariums. Le jardin de Louisiane, le jardin de Thaïlande et le jardin de l'Afrique australe traduisent la diversité et la richesse de la nature.

nice_serre_tropicale_2



nice_serre_tropicale_31nice_serre_tropicale_4







serre tropicale de Nice, parc floral Phoenix






 

 

La serre tropicale de Marseille
En 1982, la Ville de Marseille a été sollicitée pour acquérir un jardin d'hiver en fer forgé datant du XIX° siècle. Cet édifice remarquable, du style des Pavillons Baltard de Paris, est venu enrichir notre patrimoine architectural.

serre_marseille_fleur

Transformé en serre d'exposition depuis 1984, il abrite des végétaux tropicaux dont la culture en plein air toute l'année est impossible sous notre climat. Elle renoue avec l'imaginaire fouriériste, qui prête un rôle dans la dynamique sociétaire à "la sérénité de l'atmosphère des serres qui libère le corps et adoucit les moeurs, apaise les conflits en vue de promouvoir l'unité universelle".
C'est surtout le royaume des bananiers, caféiers, cacaoyers, palmiers, ficus divers agrémentés de la palette colorée des orchidées.
La serre tropicale est acuellement en réfection et ne se visite plus.












La serre tropicale d'Auteuil

Les serres d'Auteuil sont abritées sous un grand ensemble à dôme central avec ses deux aîles de hauteurserre_d_auteuil décroissante. Cet ensemble, un des plus remarquables du genre en Europe, abrite un palminarium au centre, une serre tropicale à droite et une serre d'exposition à gauche (autre site). (site avec de magnifique photos)




serre d'Auteuil

http://paris16info.blogspirit.com/images/medium_img_0673.jpg





La serre tropicale de la station végétale de Paris VII à Fontainebleau

À proximité de Paris, Fontainebleau est le siège de la station de biologie végétale et d'écologie forestière de l'université Paris VII Jussieu. On y trouve une grande serre tropicale de 120 m2, munie de nombreux dispositifs d'éclairage, d'arrosages et d'aération, et une petite serre à plantes "grasses" dont les collections vivantes (Cactées et Euphorbiacées) proviennent d’un don d’un amateur bellifontain.
Les serres abritent des collections végétales remarquables et des cultures spécifiques qui servent à l'enseignement (formation continue, stages, travaux pratiques effectués à Jussieu dans les deux universités Paris VI et Paris VII). La grande serre abrite des plantes d'ornement utilisées  pour certaines manifestations ou réceptions organisées par l'Université.

serre tropicale de l'université de Jussieu, à Fontainebleau






La serre tropicale de Chèvreloup (Rocquencourt)
Dans le département des Yvelines, les serres tropicales de Chèvreloup accueillent la plus grande partie des collections végétales tropicales du Muséum national d'histoire naturelle. Les collections tropicales de Chèvreloup sont riches actuellement de près de 5000 taxons, ce qui représente environ 10000 plantes. Elles se répartissent dans près de 3000 mètres carrés de surfaces vitrées cloisonnées (construites en 1986) permettant de cultiver, en pots ou en pleine terre, des plantes provenant de régions climatiques différentes. On y retrouve des plantes des zones tropicales humides ou arides de tous les continents. Principales régions représentées : l'Afrique du Sud, Madagascar, les DOM-TOM, le Mexique et le reste de l'Amérique tropicale.                   

Hippeastrum hybride, photo x, Chevreloup

                         

contact
michelrenard2@aol.com


mr___port_cros___copie1



Posté par michelrenard à 22:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]